Compagnie Cyrano

Spectacles

Petits Chaperons dans le rouge

À partir de la méthode développée par Queneau dans ses Exercices de style, mais avec quelques variantes, une équipe d’étudiants de l’Université Stendhal, chaperonnée par Pierre Jourde, s’est livrée sans retenue à diverses voies de fait sur Le Petit Chaperon Rouge : réduit, allongé, vulgarisé, érotisé, psychanalysé, géométrisé, goûté, sitcomisé, litotisé… rien ne lui a été épargné. Ce spectacle est réservé à un public adulte.

> En savoir plus




Gros-Câlin

Histoire drôle et émouvante d'un doux dingue qui fantasme sans retenue pour garder la tête hors de l'eau.

Au cours de ce monologue, le public sera le témoin et le confident des délires grandissants de ce solitaire

> En savoir plus




Phèdre...à peu près

« Du texte de Jean Racine, inspiré librement,
Burlesque et parodique, spectacle détonnant. »

Deux potaches doivent apprendre Phèdre par coeur. Pour se venger de leur professeur, la mère Lambert, ils vont nous donner du texte de Racine, une version tout à fait personnelle…

> En savoir plus




Drôles d’Oizeaux

Cinq courtes fables de Jean- Michel Ribes :

> “Change ” de Monologues, bilogues, trilogues

> “Egalité - Fraternité ”, “ Goëland ”, “ Bronches ” et “Tragédie ” de Théâtre sans animaux.

> En savoir plus



Ces gens-là...

Maurice Hébert et Gildas de Saint Albin plongent dans le répertoire du Grand Jacques ! Voici un récital dans sa forme la plus simple: une voix, un piano, vingt chansons.

Spectacle jouable en appartement...

> En savoir plus



Les soliloques du pauvre

Fin 19ème, un clochard poète et philosophe déambule sur les trottoirs de Paris. Il rêve, imagine des bonheurs futurs et nous livre son regard sans concession sur le monde. Il parle l‘argot de la rue et ses mots ont la valeur authentique du vécu. Un texte magistral pétri d‘humanité.

« En disant l‘vrai coup d‘la misère
Au moins j‘aurai payé d‘ma peau. ».



De Jehan-Rictus
Adaptation, mise en scène et jeu : Maurice Hébert
Spectacle jouable en appartement


So long Leonard...

Un beau matin d’automne je me réveillai dans une chambre où j’étais de passage. J’étais jeune, j’avais la vie devant moi alors j’ai écouté le disque déjà posé sur la platine à côté du matelas. Dans la chambre vide la voix de Leonard Cohen s’est élevée et m’a touché le coeur à jamais. Depuis je n’ai jamais cessé de l’écouter et de le chanter.
Cohen est un troubadour, sa voix mélancolique nous transporte et nous fait lâcher prise. Avec lui la gravité de l’existence peut être source de lumière, nous pouvons être des « Perdants Magnifiques ».

Guitare et chant : Maurice Hébert