Compagnie Cyrano

Phèdre… à peu près

Le sujet

« Du texte de Jean Racine, inspiré librement,
Burlesque et parodique, spectacle détonnant. »
Deux potaches doivent apprendre Phèdre par coeur. Pour se venger de leur professeur, la mère Lambert, ils vont nous donner du texte de Racine, une version tout à fait personnelle…

Le choix du sujet

Dans notre précédent spectacle Drôles d’Oizeaux, le dernier sketch intitulé « Tragédie », parle de Phèdre et de mise en scène académique, qui n’est pas sans rappeler certains souvenirs scolaires ennuyeux.
Tout à notre désir de renouveler notre complicité dans un nouveau spectacle, il nous est apparu particulièrement excitant, nouveau et original de nous attaquer à cette oeuvre à deux ! Notre but : faire rire tout en respectant la tragédie !

Pour avoir participé à la création d’Antigone en commedia dell’ Arte par Carlo Boso (Cie.A.Bertrand), nous savons qu’il est possible de faire de l’humour avec une tragédie classique tout en respectant le drame et le texte original de l’oeuvre.

Notre projet :

1- Faire rire

Les deux acteurs jouent tous les rôles ! Ce point de vue ludique et iconoclaste nous permet de mettre en jeu, la complicité de notre duo.

2- Magnifier la tragédie

Les potaches, préjugeant du théâtre classique, entreprennent de railler la tragédie et leur professeur. Ils s’évertuent à mener leur parodie au paroxysme. Mais, malgré eux, ils se laissent surprendre par l’émotion et la beauté formelle et poétique de l’alexandrin racinien. Ils emportent alors, dans leur élan, le public avec eux.

Les coupes effectuées dans le texte ne concernent que les scènes d’exposition et conservent la trame proprement dite de l’histoire.

La mise en scène

Une première approche nous a permis d’aborder la tragédie en général, d’en comprendre les implications dans le contexte de son époque, ainsi que les résonances actuelles que les mythes fondateurs grecs ont encore dans notre culture du 21è siècle. Une Scénographie épurée. Les deux personnages sont en pyjama et n’ont d’autre accessoire que leur serviette de toilette.

Ils reviennent de la douche et, au dortoir, se rejouent leur propre version de la pièce.

Un Duo en jeu.

L’idée de faire jouer deux potaches et de créer le personnage du professeur, la mère Lambert, nous a permis de prendre le recul nécessaire par rapport au drame et d’apporter la dimension burlesque et iconoclaste que nous souhaitions.

Cela nous a permis de faire des allers-retours, de la pièce au cours de français et, sous l’ironie mordante des deux élèves, des vers de Racine à la prose débridée, du sérieux de la tragédie au rire moqueur. Les deux garnements utilisent toute leur « culture » pour dynamiter le côté rébarbatif et difficile de la pièce : le dessin animé, la radio, la pantomime, le chant, l’hystérie poussée à son extrême, sans oublier de moquer leur professeur qui s’identifie à Phèdre et qui joue là, on le devine, le grand rôle de sa vie. Toutefois, nos joyeux drilles vont se laisser embarquer par le drame et la beauté du texte. Notre but est de faire découvrir, de manière détournée, la valeur poétique de cette pièce et en parallèle de rendre hommage à nos “chers professeurs de français“.

> Retour aux spectacles